top of page

ECOUTE MA DOULEUR

IMG_2184.JPG
IMG_2190.JPG

En route pour Clermont...

IMG_2195.JPG
IMG_2194.JPG
IMG_2197.JPG

En 2019, un groupe d'étudiants a réalisé une enquête sur l'accessibilité de l'université aux personnes en situation de handicap et a demandé à Copeau Marteau de les aider à transposer les résultats de cette enquête de manière artistique. Notre rôle a été de leur transmettre les outils pour qu'ils puissent par eux-mêmes faire l'expérience des différentes étapes du processus de création et créer leur propre performance, qu'ils ont appelée : "Ecoute ma douleur".

IMG_2208.JPG
IMG_2216.JPG
IMG_2219.JPG

Dans la salle Pascal d'un building clermontois, un matin de février 2020 :

IMG_2220.JPG
IMG_2221.JPG
IMG_2232.JPG
IMG_2223_edited.jpg

Les étudiantes et étudiants qui ont participé :

Farida, Keiko, Charles, Frédérique et Moktar

Pour Copeau Marteau : Anne-Laure et Eléonore

Trois journées de travail tous ensemble (intense!)

Le cadre :

- Institut d’Auvergne-Rhône-Alpes du Développement des Territoires (IADT)

- projet collectif d'étudiants du Master 2 Innovation Sociale et Développement Territorial (ISDT)

- en lien avec le projet HACCEScol porté par Mauricette Fournier

IMG_2243.JPG
IMG_2244_edited.jpg
IMG_2245_edited.jpg
IMG_2346.JPG
IMG_2230.JPG
IMG_2246.JPG
IMG_2228.JPG
IMG_2227.JPG
IMG_2264.JPG
IMG_2283.JPG
IMG_2347.JPG
IMG_2384.JPG
IMG_2359.JPG
IMG_2382_edited.jpg
IMG_2363.JPG
IMG_2411.JPG
IMG_2449.JPG
IMG_2453.JPG
IMG_2478.JPG
IMG_2481.JPG
IMG_2483.JPG
IMG_2484.JPG
IMG_2486.JPG
IMG_2492.JPG
IMG_2493.JPG

Deux étudiants en cinéma étaient présents les trois jours et ont réalisé un documentaire sur le processus de travail.

IMG_2537.JPG
IMG_2341.JPG
IMG_2521.JPG
IMG_2533.JPG
IMG_2562.JPG
IMG_2535.JPG

La suite : la journée d'étude

- intervention d'Eléonore "3 jours à Clermont"

- projection du documentaire

Les étudiants du master ISDT ont organisé une journée d'étude "Ecole inclusive et construction socio-territoriale du handicap" le 13 mars 2020.

Ils ont invité Eléonore à y participer.

Après son intervention était projeté le documentaire réalisé par les deux étudiants en cinéma présents pendant les trois jours.

(Malheureusement ce documentaire s'est perdu dans les limbes des réseaux et n'a pas survécu aux secousses du covid.)

Quelques remarques sur notre démarche

Notre rôle n'est pas de mettre en scène des comédiens amateurs. Nous nous adressons à des citoyens qui vont porter une parole devant un public par le moyen du théâtre. Nous ne sommes pas là pour faire à leur place. Nous leur transmettons des outils pour qu'ils s'en emparent.

Ce qui est en jeu :

- Entrer en relation avec la personne de l'autre.

- Dans un groupe, laisser la place/prendre sa place.

- Se décaler par rapport à ses habitudes. Ne pas rester uniquement dans le rationnel, le logique, l'intelligible (qui sont très sollicités dans le contexte académique). Il ne s'agit pas de les gommer mais d'être attentif à laisser s'exprimer les sensations, les émotions...

- Etre autonome et se faire confiance. Ne pas chercher à être validé par la figure d'autorité (prof ou intervenant).

- Prendre la parole publiquement : pour dire quoi ? Aller plus loin que le consensuel. Ne pas se contenter de rester à la surface. Qu'est-ce que tel groupe peut apporter que seul lui - avec toutes ses spécificités, avec sa particularité - peut donner ?

- Qu'est-ce qui fait la légitimité d'une parole ? Y a-t-il des personnes qui savent mieux que d'autres, qui ont le droit de s'exprimer et pas d'autres ?

- L'engagement sur scène, l'engagement dans ce qu'on fait, dans la parole qu'on porte.

- Ouvrir les portes de l'imaginaire, transposer pour mieux partager.

bottom of page